Archives Berthe Weill

Devant le constat que rien n’existait au sujet de la marchande d’avant-garde Berthe Weill (1865-1951), j’ai entrepris de créer le premier fonds d’archives relatif à l’activité de sa galerie. Les différentes bibliothèques à travers le monde n’étaient que peu pourvues,  j’ai donc entamé des recherches minutieuses pour reconstituer une documentation. Pendant plusieurs années, j’ai glané les catalogues d’époque, tous dispersés, en surveillant les salles des ventes et en rachetant un par un tous ces documents, jusqu’à établir un fonds de référence exhaustif. Correspondance, photographies d’époque, et précieux catalogues, enfin ces archives sont toutes rassemblées à des fins scientifiques.

Par manque d’accessibilité, ces catalogues n’ont pas été exploités avant que je n’entame ce travail. De manière récurrente, la provenance de cette galerie est systématiquement oubliée dans les catalogues raisonnés et les biographies d’artistes, même pour les plus notoires d’entre eux. Un vaste chantier d’identification et de localisation des œuvres autrefois exposées atteste de la qualité du flair de cette sourcière étonnante dans l’avénement moderne : des caricaturistes art nouveau, aux Fauves exposés avant le Salon d’Automne de 1905, aux prémices cubistes, jusqu’à l’abstraction, tous les grands noms ont d’abord débuté sur ses cimaises. Je vous invite à découvrir par vous-même l’étendue de sa programmation sur le site qui lui est consacré : www.bertheweill.fr.

De nombreux projets sont en cours à partir de ce patrimoine que je m’applique à défendre. Une première biographie sur le sujet est parue en 2011 sous le titre « Berthe Weill (1865-1951) La petite galeriste des grands artistes ». Une plaque commémorative a été apposée en 2013 par la Mairie de Paris pour lui rendre hommage. Un prix pour soutenir la recherche a également été mis en place. Et enfin, le 18 mars 2019 a été inauguré le jardin Berthe Weill, qui jouxte le mur d’enceinte du Musée national Picasso, en plein quartier du Marais à Paris.

Je demeure toujours curieuse de découvrir de nouvelles informations, aussi suis-je toujours ravie quand on me signale un document inédit. Malgré plusieurs années, il demeure quelques manques dans la programmation, n’hésitez donc pas à me faire signe si vous possédez un catalogue (une photocopie peut me suffire pour travailler), ou si vous vous interrogez sur l’hypothèse d’un passage par cette galerie.